Conférences 2008

Le 22 janvier 2008, à 18h30

L'autographe DU TEMPS PERDU AU TEMPS RETROUVE

Par Frédéric Castaing, expert en autographes et Président du SLAM (Syndicat de la Librairie Ancienne et Moderne)



Frédéric Castaing a présenté l’histoire de l’autographe à travers quelques exemples particulièrement significatifs et anecdotes personnelles nourries de sa formation d’historien et de sa passion pour le livre et l’écrit.
Soucieux de faire partager sa passion, M. Castaing a illustré son propos de nombreux documents authentiques et inestimables, dont quelques exemples sont ici reproduits.
« L'autographe, une extraordinaire machine à remonter le temps. Rousseau, Mozart, Proust, ils ont touché ces papiers, cette écriture c'est la leur, ces ratures, ces repentirs sont comme autant de clins d'œil qu'ils nous adressent. François Ier, Washington, Wagner, la chaleur de la vie est toujours présente sur ces minces pellicules de papier. Flaubert, Louis XIV, Tchekhov, Bonaparte, Baudelaire, Pasteur, Hemingway, avec l'autographe le personnage est là, fidèle au rendez-vous. Magie de l'autographe ... »
.

Le 6 mars 2008, à 18h30

IDEES REÇUES SUR L'ART CONTEMPORAIN ET LES CLEFS POUR S'Y OUVRIR

Par Isabelle de Maison Rouge, chargée de cours à l'Université Jules Vernes d'Amiens, journaliste pour les magazines Archistorm et Art Actuel, et professeur d'Histoire de l'Art au New York University in France.

L’art contemporain nous paraît souvent énigmatique, étrange et pour le moins fermé. Nous avons besoin de clés de compréhension pour l’aborder. L’artiste utilise un mode d’expression qui ne relève plus de l’artistique pur mais qui emprunte à différents métiers.
Pour comprendre ce type de pratique, il faut certaines clés qui vont nous ouvrir des portes : or, «ouvert» est l’anagramme de «trouver». Et «trouver», c’est ce que il va falloir faire, car les artistes contemporains requièrent des spectateurs, une participation active face à leurs oeuvres.
.

Le 17 juin 2008, à 18h30

LA CHASSE, DE LA PRATIQUE A L'IMAGE

Par Claude d'Anthenaise, conservateur en chef du Patrimoine. Il dirige le Musée de la Chasse et de la Nature à Paris

Cette abondante production a été scrupuleusement étudiée sur le plan de l'histoire de l'art qui s'est appliquée à l'analyse du style, de la technique ou de la provenance.
Toutefois, elle est rarement envisagée sous l'angle des pratiques cynégétiques elles-mêmes. Or celles-ci ont beaucoup évolué. De nos jours leur éventail s'est considérablement réduit. La plupart des modes de capture, les multiples façons d'attirer, de rabattre ou de piéger le gibier en usage au Moyen-Age ou à la Renaissance n'ont plus cours.
Cela est à l'origine de fréquentes erreurs d'interprétation de l'iconographie. De fait, les images de chasse ne peuvent être bien comprises sans recours à la littérature cynégétique, textes littéraires et traités qui rendent compte de ces pratiques oubliées.
C'est ce que Claude d'Anthenaise propose de faire à travers cette conférence qui opérera des confrontations systématiques entre l'image et la pratique, dressant, à partir d'un choix d'ouvres conservées dans les collections publiques et privées, une sorte d'inventaire des modes de chasses abolis.
.

Le 25 novembre 2008, à 18h30

L'ESTAMPE, TECHNIQUES & ENQUETES

Par Hélène Bonafous-Murat, expert en estampes et romancière

A travers un parcours en images, allant du XV° siècle à nos jours, seront présentées et décrites les techniques de l'estampe, de la taille d'épargne à la taille-douce et à la lithographie, en allant jusqu'à quelques procédés photomécaniques modernes.

Les notions d'« épreuves d'état », de travail des matrices et de leur usure, ainsi que celle de «retirage» d'une planche seront abordées par l'exemple. Les subtilités de l'impression en couleurs seront analysées.

Le propos permet d'évoquer naturellement le problème de l'originalité et de la copie, par le biais du débat ancien et mouvementé sur la propriété intellectuelle et le copyright.

Enfin sera abordée la stratégie de défense de l'estampe originale face à la redoutable rivalité que lui oppose au XIX° siècle l'apparition de la photographie
.