Les Conférences du Mercredi au Syndicat National des Antiquaires

Le Syndicat National des Antiquaires vous invite à découvrir vous invite à découvrir au travers de conférences gratuites et accessibles à tous (dans la limite des places disponibles), le monde de l'art, le patrimoine national et international, les métiers méconnus, la place de la culture dans la société et bien d'autres sujets encore !


Les conférences ont lieu au Syndicat National des Antiquaires - 17 boulevard Malesherbes 75008 Paris

 

Elles sont organisée par Jean-Gabriel Peyre, vice-président du SNA et président de la commission « Conférences et cycle culturel ».

Jean-Gabriel Peyre

 

 

 

 

Programme de l'année 2013

7 conférences (en français) aux sujets éclectiques!
Le choix des intervenants, spécialistes en leur matière, est le garant de la qualité des sujets traités, lesquels, nous l'espérons, captiveront aussi bien les membres du SNA que les auditeurs libres.

Télécharger le programme au format PDF


A l'occasion de chaque conférence, la librairie de la Réunion des Musées Nationaux au musée du Louvre réalise une bibliographie pour les auditeurs et présente, dans son espace librairie au Louvre, les ouvrages conseillés.

Pour toute commande à distance, vous pouvez contacter le service Clients de la librairie par email ou par téléphone au 01 40 20 84 80.

1 - Le 23 janvier 2013, à 18h30 

les diamants de la couronne de france

Par Daniel Alcouffe, conservateur général honoraire au Musée du Louvre


Les Diamants de la Couronne de France
La collection des Diamants de la Couronne fondée en 1530 par François Ier, enrichie notamment par Louis XIV puis par Napoléon Ier, était d’une prodigieuse richesse (57 771 diamants, 5630 perles en 1814). Quoique déclarée inaliénable par son fondateur, elle fut malheureusement dispersée en 1887, à l’exception d’un petit nombre de pierres prestigieuses qui gagnèrent alors le Louvre et qui ont été rejointes depuis par quelques autres joyaux miraculeusement préservés.



Légende du visuel:
Bapst, Diadème en émeraudes de la duchesse d'Angoulême, détail; Paris, 1819-1820

 
Bibliographie : cliquez ici

2 - Le 20 février 2013, à 18h30

la collection de vases d'albâtre, de porphyre et de marbres de louis xiv, un ensemble unique en europe

Par Bertrand Rondot, conservateur en chef au musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon

La collection de vases d’albâtre, de porphyre et de marbres de Louis XIV, un ensemble unique en Europe

L’achèvement de la Galerie des Glaces en 1684 marque le point culminant du chantier versaillais. Pour compléter la présentation des statues antiques les plus célèbres des collections royales, des bustes de porphyre et des vases de porphyre et d’albâtre sont disposés le long des murs couverts de marbres. Louis XIV avait mené une active politique d’acquisition de vases de porphyre, d’albâtre et de marbres rares à Rome, par le biais des directeurs successifs de l’Académie de France dans la ville éternelle, politique qui avait pris une échelle nouvelle dans le cadre du projet de la grande galerie, sous l’impulsion de Louvois. C’est finalement près d’une centaine de vases destinés aux intérieurs des palais royaux que Louis XIV réussit à réunir, véritable prouesse quand l’on sait le prix de chacun et le temps nécessaire à leur laborieuse fabrication. La correspondance entre le surintendant des Bâtiments du roi et le directeur de l’Académie de France révèle la lente constitution de cette collection. Des dessins étaient envoyés de Rome pour soumettre à l’approbation du roi l’achat de vases existants ou la commande de vases en général à partir de fûts de colonnes antiques achetés à grand frais.

Les inventaires dressés en 1707 puis en 1722 révèlent la richesse de cet ensemble, véritable œuvre de Louis XIV qui ne sera pas augmenté par ses successeurs, et la répartition de ces vases dans les grands appartements et essentiellement dans la Galerie des Glaces. Cette présentation resta en place jusqu’à la Révolution et de récentes découvertes permettent de la reconstituer aujourd’hui en grande partie.

Bertrand Rondot

 


Bibliographie bientot disponible

3 - Le 27 mars 2013, à 18h30

L'extraordinaire épopée du plus somptueux manuscrit persan : le "shâhnâmeh" de shâh tahmâsp

Par Laure Soustiel, expert SFEP en Arts de l'Islam

 

Illustration : Isfandiyar tuant le Simurgh

Illusration du Shâh-nâme de Shâh Tahmasp

Iran, Tabriz, 1520-1535. Dim. page : 47,5 x 32 cm

© The David Collection, Copenhague

 

L’Extraordinaire épopée du plus somptueux manuscrit persan :

le Shâh-nâme de Shâh Tahmâsp


Le Shâh-nâme (ou Livre des Rois) de Shah Tahmâsp (r. 1524-1576) est l’un des joyaux de la peinture universelle. C’est le manuscrit iranien le plus prestigieux, illustré des plus belles miniatures de toute la peinture islamique. Son texte de 50.000 vers est l’épopée la plus connue de la littérature persane classique, écrite par Ferdowsi entre 975 et 1010, maintes fois copiée au cours des siècles.

L’exemplaire de Shâh Tahmâsp fut exécuté au début de la dynastie safavide vers 1522 par les plus grands artistes de la Cour, probablement commissionné par Shâh Ismaïl pour son jeune fils Tahmâsp, et achevé vers 1535. C’est un manuscrit de taille exceptionnelle (47.5 x 32 cm) contenant 759 folios et 258 miniatures.

Vers 1568, il est offert par Shâh Tahmâsp au sultan ottoman Selim II et il intègre alors la Bibliothèque royale ottomane d’Istanbul. Au début du XXe siècle, il apparait dans la collection du baron Edmond de Rothschild qui le prête à l’exposition d’art musulman des Arts Décoratifs de 1903. En 1959 il est acquis par Arthur A. Houghton Jr. qui le démantèle dans les années 70.

Le 29 juillet 1994 il retourne en Iran à la suite d’un rocambolesque échange avec un tableau de nu de Willem de Kooning, Woman III, de 1952.

                                                                                                                                            


Bibliographie bientot disponible

4 - Le 24 avril 2013, à 18h30

un prétexte : un service en faïence de moustiers pour le lariage du duc de richelieu et de la princesse de lorraine-harcourt

Par Jean-Gabriel Peyre, expert CNE en céramiques anciennes

.


Texte à venir

 


Bibliographie bientôt disponible

5 - Le 26 juin 2013, à 18h30

henri-françois riesener (1767-1828) : peintre de l'empire

par Alexis Bordes, galeriste et expert en tableaux et dessins anciens

 


Texte à venir


Bibliographie bientôt disponible

6 - Le 23 octobre 2013, à 18h30

les faux dans les manuscrits 

Par Frédéric Castaing,expert CNE en autographes

 

"Les faux dans les manuscrits"

Quelques faussaires, Vrain Lucas, Feuillets de Conches-On contrefait Molière, Marie-Antoinette- Les expertises en écriture dans l'Affaire Dreyfus


Bibliographie bientôt disponible

7 - Le 20 novembre 2013, à 18h30

berthe morisot : la première des femmes impressionistes

Par Marianne Mathieu, chargée des collections et de la communication au Musée Marmottan Monet

Muse de Manet, première femme impressionniste, la vie et l’œuvre de Berthe Morisot (1841-1895) furent longtemps abordées à travers le prisme de ses amis artistes : Manet, son beau-frère, Degas, Renoir, Monet et Mallarmé.

L’entrée au musée Marmottan Monet du premier fond mondial d’œuvres de Berthe Morisot en 1996, la parution de monographies et les nombreuses expositions personnelles qui lui furent consacrées dans le monde ces dix dernières années l’ont remise à l’honneur.

Dans le prolongement de ces recherches, la conférence cherchera à porter un regard nouveau sur le parcours de Berthe Morisot et sur son œuvre. Femme d’une étonnante modernité, caractère intransigeant et torturé, elle fut l’une des rares femmes de son époque, peut-être même la seule, à concilier vie de famille et carrière artistique. Celle qui fit de sa vie le sujet de sa peinture et de sa vie une œuvre d’art créa une œuvre qu’il s’agit, aujourd’hui, d’examiner avec un regard neuf.  Par de là les influences réciproques qui sont le propre des débuts de l’impressionnisme, l’œuvre de Berthe Morisot se distingue à bien des égards de celle de ses congénères, par ses thèmes, sa technique, son évolution constante et  la diversité de ses recherches.


Bibliographie bientôt disponible