Conférences 2009

Le 23 mars 2009, à 18h30

LE BIJOU AU XX°SIECLE

Par Valérie Goupil, Docteur en Histoire de l'Art et Professeur de Gemmologie à l'école EAC

De la fin de la Révolution française jusque vers 1895, le bijou reflète la politique, les intérêts culturels des différents pouvoirs et les découvertes archéologiques.
Le bijou au XIX° siècle traverse ainsi des influences des plus diverses; se succèdent alors de nombreux styles : néo-classique, néo gothique, néo-renaissance, néo étrusque, néo egyptien, japonais...
Cet eclectisme est souvent résumé après 1840 sous le terme d’”historicisme”.
Sensible à l’économie du pays, le bijou français des années 1830-1840 est réalisé avec des matériaux peu précieux : peu d’or mais de l’argent et des “pierres fines”.
Tandis que le bijou du second empire éclate de richesse entre l’or, l’émail et les gemmes éclatantes.

Le 18 juin 2009, à 18h30

LE DECOR DE CHASSE SUR LA CERAMIQUE

Par Jean-Gabriel Peyre, Président de la Compagnie Nationale des Experts

La chasse a été pour l’homme le moyen de trouver sa nourriture bien avant qu’elle ne devienne une distraction noble et un art.
Sa représentation s’est développée dès le XIIIème siècle sur la poterie et au XIV et XV° siècle sur la terre vernissée puis émaillée.
La perte de la ville de Malaga par les Arabes en 1497 va permettre le développement de la faïence en Espagne à Paterne et parallèlement en Italie à Orvieto.

Détail du décor du bassin représentant la rare chasse à l’éléphant d’un plat ovale en faïence de Moustiers, de l’atelier de Clérissy. Début du XVIII° siècle.

Le 26 novembre 2009, à 18h30

LA COLLECTION DES TAPISSERIES DE LOUIS XIV

Par Arnauld Brejon de Lavergnée, Directeur des collections du Mobilier National

La collection des tapisseries de Louis XIV reste un sujet d’étude jamais abordé depuis 1885, date de la publication de l’inventaire de la collection de Louis XIV, en 1885.
Jean Vittet et Arnauld Brejon de Lavergnée publieront aux éditions Faton en janvier 2010 le catalogue annoté, avec identifications des auteurs des cartons, localisations des pièces, examen attentif des tentures.
Les découvertes sont considérables tant dans le domaine de l’utilisation des tapisseries aux XVIIe et XVIIIe siècles que dans celui de l’étude de la collection formée en quatre étapes : l’héritage de François 1er ; l’héritage d’Henri IV et Louis XIII ; une politique d’achats à l’époque de Colbert ; la création des Manufactures à partir de 1662-1664.
.