Les Conférences du Mercredi au Syndicat National des Antiquaires

Le Syndicat National des Antiquaires vous invite à découvrir au travers de conférences gratuites et accessibles à tous (dans la limite des places disponibles), le monde de l'art, le patrimoine national et international, les métiers méconnus, la place de la culture dans la société et bien d'autres sujets encore !


Les conférences ont lieu au Syndicat National des Antiquaires - 17 boulevard Malesherbes 75008 Paris 

 

Elles sont organisées par Jean-Gabriel Peyre, président de la commission « Conférences et cycle culturel ».

Jean-Gabriel Peyre

 

Programme de l'année 2018

7 conférences (en français) aux sujets éclectiques!
Le choix des intervenants, spécialistes en leurs matières, est le garant de la qualité des sujets traités, lesquels, nous l'espérons, captiveront aussi bien les membres du SNA que les auditeurs libres.

Télécharger le programme au format PDF

 

Le 17 janvier 2018, à 18h30

le prédécesseur de riesener : gilles joubert, ébéniste de louis xv

Par Daniel Alcouffe, conservateur général honoraire au Musée du Louvre

 

 

Destin extraordinaire que celui de Gilles Joubert, ébéniste originaire du faubourg Saint-Antoine, établi rue Sainte-Anne, qui devint en 1751, à soixante-deux ans, l’ébéniste fournisseur du Garde-Meuble de la Couronne. Il travailla jusqu’en 1774 avant de faire place à Jean Henri Riesener et mourut en 1775. Il livra au Garde-Meuble quantité de meubles exécutés dans des techniques différentes (marqueterie, laque), qui évoluèrent du rocaille apaisé au néo-classicisme.

Dépassé par l’abondance des commandes, il sous-traitait très souvent la fabrication auprès de confrères renommés comme notamment Roger Vandercruse Lacroix.  Il est intéressant, en dépit de cette diversité, d’essayer de déterminer s’il existe un style Joubert.


Bureau en laque rouge de Louis XV, repr. Alexandre Pradère, Les Ebénistes français de Louis XIV à la Révolution, Paris, 1989, p. 208

 Bibliographie : cliquez ici 

 

 

Le 14 février 2018, à 18h30

la nature morte en espagne au siècle d'or

Par Véronique Gérard-Powell, Maître de conférences honoraires Paris-Sorbonne

 

Dès le début du XVIIsiècle, la nature morte s'affirme comme un des genres les plus importants de la peinture espagnole, pratiqué par les plus grands artistes, Velázquez ou Zurbarán, et par des spécialistes de grand talent, Van der Hamen, Espinosa, Labrador. Elle se caractérise par une grande virtuosité technique mise au service d'objets, de fruits ou de légumes ordinaires pour exalter leur beauté simple et pure, sans la charger forcément d'un discours symbolique. Le peu d'intérêt des collectionneurs européens pour cet aspect éminemment décoratif de la peinture espagnole du Siècle d'Or explique la relative méconnaissance que l'on a  de ce genre hors d'Espagne.


Juan van der Hamen y León (1596-1631), Nature morte aux artichauts, fleurs et récipients de verre, 1627, huile sur toile, 81 x 110 cm

 Bibliographie : cliquez ici 

 

 

Le 21 mars 2018, à 18h30

Variations vermeer ?

Par Blaise Ducos, conservateur au département des Peintures au musée du Louvre

 

« Le sphinx de Delft » : c’est ainsi que l’on désigne souvent Vermeer, figeant le peintre dans une attitude énigmatique et solitaire. Cette conférence cherchera à montrer que, loin de cette formule, Vermeer fait partie d’un réseau de peintres et que sa création est prise dans un jeu de variations avec les œuvres des autres spécialistes, contemporains, de la scène de genre sophistiquée. L’art de Vermeer sort de cette confrontation précisé et, si  l’on ose dire, plus hollandais et plus universel.

 

http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.6417

 bibliographie cliquez ici

 

 

Le 16 mai 2018, 

tableaux célèbres anonymes en quête d'auteur : chiens perdus sans collier

Par Arnauld Brejon de Lavergnée, directeur honoraire des collections au Mobilier national

Le conférencier se propose de présenter une trentaine de tableaux anonymes du XVI° et XVII° siècle européen et qui n’ont pas encore trouvé leur auteur ; ces tableaux ont toute leur place dans une histoire de la peinture, mais, parce que anonymes, ils sont encore oubliés.

 


 Bibliographie cliquez ici

 

 

Le 20 juin 2018, à 18h30 - Conférence à deux voix

ceci n'est pas un masque : authenticite, restaurateurs et faussaires des arts d'Afrique

Par Bernard Dulon, expert en arts primitifs et galeriste

un certain goût de l'Afrique, de Charles le Téméraire à Jacques Chirac, cinq siècles d'échanges

Par Bertrand Goy, historien d'art

 

 

en attente du texte de présentation

 

  bibliographie cliquez ici

 

 

Le 10 octobre 2018, à 18h30

les bronzes barbedienne, l'oeuvre d'une dynastie de fondeurs

Par Florence Rionnet, docteur en histoire de l'art moderne et contemporain

 

Fondée en 1834, la Maison Barbedienne, la plus illustre des entreprises de bronzes d’art en France, connaît pendant plus d’un siècle un immense rayonnement international. Dotés du procédé révolutionnaire de réduction mécanique des sculptures inventé par Collas, les Barbedienne développent la production industrielle de petits bronzes d’édition. Leur vaste répertoire de modèles, de l’Antiquité à la sculpture contemporaine (édition des oeuvres de Rodin, Mercié, Dubois, Fremiet et surtout Barye), répond au goût d’une clientèle bourgeoise en plein essor. Ils rencontrent également un grand succès dans la fabrication d’objets d’art maintes fois récompensés dans les Expositions universelles et, forts de leur notoriété, reçoivent la commande de nombreux monuments publics.

Cette conférence a pour objectif de présenter l'ouvrage de référence sur le sujet, publié par les éditions ARTHENA en octobre 2016.

Florence Rionnet, Les bronzes Barbedienne, l'oeuvre d'une dynastie de fondeurs, Paris, Editions Arthena, 2016, volume relié, format 24 × 32 cm, 592 pages, plus de 1 300 illustrations, dont près de 200 en couleurs, ISBN : 978-2-903239-58-9

Légende : Paul Dubois, Le Courage militaire, collection particulière. © Cliché Illustria
 Bibliographie cliquez ici

 

 

Le 21 novembre 2018, à 18h30

être bien dans son assiette : le monde merveilleux des céramiques à l'egyptienne, xviii°-xx°siècle

Par Jean-Marcel Humbert, Conservateur général honoraire du patrimoine

 

Conférence du 21 novembre 2018 

 Télécharger la bibliographie